Santa Clara

Un texte écrit en tant qu'”escale” parmi d’autres lors de l’atelier d’écriture animé par Kinda Mubaideen dans le cursus du Master de Traduction Littéraire à l’ITI-RI (Strasbourg). La consigne était de se concentrer sur un très court moment, et sur la perception. C’est le souvenir amélioré d’un vrai moment passé en Californie en 2004.

*

La plage est bordée d’un côté par une petite falaise qui rejoint le trottoir où la ville continue, voitures, passants, et les familles qui viennent se divertir à l’arcade. Dans une anfractuosité du roc une femme a fait un nid temporaire ; elle y est assise, jambes à demi pliées, à lire un livre tandis que les mouettes laissent en contrebas des traces dans le sable mouillé. A mes pieds, un éclat mat et rugueux étoile de rouge carmin le gris terne du sol, souvenir d’un animal marin encarapaçonné. Le soleil apparaît, puis repart. La femme au livre dans sa falaise se bat contre le vent qui veut tourner sa page ; le gamin derrière moi qui chipe du pop-corn à sa soeur n’en voit rien ; un klaxon retentit qui ne dérange personne. Elle serre son coude contre sa jupe verte, son épaule frissonne. La page lui résiste, les deux coins voletant de la même intention, et elle qui la retient, doigts pinçant son milieu, et qui tire, un petit mouvement décidé suffisant à la fin pour finir sa lecture.

*

Comments are closed.